au bout du regard

2019

Le projet multi-niveau consacré aux sujets du movement du corps et de la présence phisique. Le voyage est un état qui permet de disparaître pour un instant, de se fondre dans l’environement. De l’autre côté, il facilite l’observation des phénomènes autrement imperceptibles. En jouant avec les moyens de présentation des œuvres, l’exhibition devient un jeu multi-niveau qui engage le corps et les sens du visiteur, ne devenant complètement comprehensible que lorsque notre parcours de la distance entière dans le paysage de l’espace à Miejsce Projektow à Zachęta est fini.

 

Ici le voyage commence avec une tentative de rencontre entre les créateurs. Il continue dans un commentaire sur leurs experiences communes de leur activité dans le monde artistique. Le voyage dérive de tels concepts que le coefficient de visibilité et s’aboutit avec les reflexions sur les aspectes de travail artistique négligés. Les aspectes phisiques du globe oculaire du créateur et du visiteur apparaissent, ainsi que les mechanismes de perception plus vastes, en termes de l’institution culturelle et le champ d’art.

 

Le contexte de la saison, il n’est pas sans importance pour le projet, comme la neige peut aveugler, rendre irréel, mais aussi accentuer certains phenomènes, comme Hans Castorp a vécu dans la scène fameuse de la tempête de neige de La Montagne magique” de Thomas Mann. C’est d’où vient aussi le motif d’emprunter le crayon. On pourrait le traduire comme le franchissement de la barrière de l’altérité en contact avec les autres, ce qui permet de disparaître un peu, et de se fondre dans l’autre un peu, ce qui étend l’état de l’artiste entre la présence et l’absence.

ce projet crée à l’invitation de Miejsce Projektów Zachęty à Varsovie

 

comissaire d'art : Magda Kardasz

cooperation : Julia Harasimowicz

photos : Ignacy Śmigielski, Weronika Wysocka

Au bout du regard

«L'installation éphémère d'Iza Łęska consiste en une photographie du ciel, parfois enveloppée de brouillard, ainsi qu'une installation dans la partie souterraine de la galerie - une délicate mosaïque d'éléments ovales et transparents qui, animés par la lumière déplace contre l'arrière-plan du mur. Ils dialoguent avec un ancien film de Mikołaj, projeté sur le sol à côté de celui-ci - un récit d'errance sur les yeux sinueux d'un lac gelé. Les formes spatiales mélangées par Iza au sol à divers endroits de la galerie ressemblent à des îles de collines dans le paysage. Ils sont destinés à perturber la routine du visiteur régulier à la galerie. L'un des objectifs de l'artiste était de créer une chorégraphie délicate pour le visiteur - concernant son corps en mouvement, son équilibre, ainsi que le rétrécissement ou l'élargissement du champ de vision. Ce n'est pas un hasard si le titre de l'œuvre de Łęska est Vitreous Floaters. En ophtalmologie, ce terme désigne des formes minuscules dans l’œil qui provoquent une perturbation visuelle. (A l'exposition, vous pouvez vérifier si vous les avez vous-même en regardant attentivement une photographie lumineuse du ciel.) Le titre fait référence au besoin d'invisibilité, que l'artiste ressent souvent, et aux chemins compliqués de carrière des artistes. (aspiration d'être visible). "

Magda Kardasz, Zachęta Project Room

alt Izabela Łęska Izabela Leska
alt Izabela Łęska Izabela Leska
alt Izabela Łęska Izabela Leska
alt Izabela Łęska Izabela Leska
alt Izabela Łęska Izabela Leska
alt Izabela Łęska Izabela Leska
alt Izabela Łęska Izabela Leska